LA FERMETURE DES TROUS CONGÉNITAUX DU CŒUR PAR LA MÉTHODE PETITE SECTION (LA TECHNIQUE FERMÉE)Prof. Dr. Tayfun Aybek Créé: 2018-05-11 11:45:06
Nombre de Visites: 7248

LA FERMETURE DES TROUS CONGÉNITAUX DU CŒUR PAR LA MÉTHODE PETITE SECTION (LA TECHNIQUE FERMÉE)

Désormais, « La voie fermée » ou la méthode petite section est habituellement utilisée pour traiter le Défaut Atrial Septal ou le Défaut Ventriculaire Septal. Elle a l’avantage esthétique et assure au patient un confort considérable après l’opération. Tous les patients sont protégés de la section des os ce qui diminue les risques comme l’hémorragie et l’infection.

LA FERMETURE DES TROUS CONGÉNITAUX DU CŒUR PAR LA MÉTHODE PETITE SECTION (LA TECHNIQUE FERMÉE)

Le défaut atrial septal (ASD) est la présence d’un trou congénial dans le mur qui sépare les deux cavités (oreillettes) du cœur. Il est diagnostiqué que par hasard pendant les examens médicaux de routine. Étant donné que cette situation est une surprise pour le patient, la fermeture de ce trou devient un grave problème. On détermine alors la manière de fermer le trou selon sa grandeur et sa location. Pour certains patients, ces trous dans le cœur peuvent être fermés par des méthodes interventionnelles. Dans ce cas, le trou ne doit pas être large, il ne doit pas être près de l’aorte et le patient ne doit pas être allergique au Nickel. Autrement dit, chaque trou ne peut pas être fermé par l’angiographie en entrant par une ponctuation au niveau de l’aine. On a donc besoin de la voie chirurgicale. On utilise maintenant le traitement mini-invasif pour la voie chirurgicale. Après cette opération où on applique des incisions de 3 à 4 cm au-dessous de la poitrine droite (l’expression des patients : à l’aisselle), on ne distingue aucune trace post-opératoire, spécialement chez les femmes.

Ces opérations cardiaques petite section appelées chirurgie cardiaque mini-invasive ont commencé en 1995. Moins de saignement, moins de transfusion de sang, moins d’infection, moins de douleur, moins d’utilisation de médicaments, moins d’hospitalisation, plus d’esthétique par rapport aux opérations traditionnelles à cœur ouvert est en question (1). Mais on a aussi indiqué des complications artérielles comme la déchirure des artères, la coagulation dans les veines à cause de l’intrusion effectuée au niveau de l’aine afin de relier le patient à la machine cœur-poumon (2).

De même que la fermeture de l’ASD est faite par la méthode mini-invasive et mini-thoracotomie (autrement dit à l’aisselle) avec une incision au-dessous du sein droit, elle peut aussi être effectuée au moyen d’un robot. Dans les deux méthodes le patient est mis sous la machine cœur-poumon par l’intrusion dans l’artère ou veine fémorale avec une incision d’environ 2 cm et on arrête le cœur. On ne coupe pas les os pendant la mini-thoracotomie où on fait une incision d’environ 4 à 5 cm au-dessous du sein droit, on écarte seulement les côtes et on atteint ainsi l’oreillette droite du cœur. Selon la largeur du trou,on ferme l’ASD avec une suture ou avec un patch préparé avec du péricarde. La durée de l’opération est assez courte. Les patients se rétablissent rapidement et sortent de l’hôpital.

Ces opérations cardiaques réalisées par la méthode mini-invasive ou « petite section » appelées aussi «technique fermée » ou « à l’aisselle » produisent une énergie positive incroyable aux patients qui influence positivement le cours de la phase post-opératoire. Parce que cette méthode possède un caractère préventif (l’infection, le déplacement des os, le saignement sont rares), les réactions des patients sont plus positives (1).


Ce post a été écrit par Prof. Dr. Tayfun Aybek et vu 7248 fois.


Commentaires

Chargement en cours...


Articles Apparentés